L’histoire de Louise C. Épisode 8

Louise.
Louise est venue en urgence un soir, pour des contractions. Les contractions qui inquiètent, c’est toujours le soir. Quand la raison ne peut plus faire face à l’angoisse. Quand les yeux dans les yeux avec cette belle-mère ennemie,  on se dit qu’on est trop nulle. Quand, essayant de chercher un soutien de son cher et tendre, on n’arrive pas à accrocher son regard.
Louise.
Louise arrive avec ses contractions, son angoisse et son Julien. Pas forcément dans cet ordre. Je pose le monitoring et très peu de questions. Louise, j’en ai entendu parler par ma copine/collègue qui l’avait hospitalisée à 31 Sa. Elle s’était pris la tête avec la belle-doche, et avait été fort inquiète pour cette jeune femme discrète et bien sous tout rapport. Du coup, feuilletant son dossier et retraçant l’histoire de cette grossesse, moi aussi je m’inquiétais.
Louise. Votre col n’a pas bougé depuis le dernier examen. Votre bébé va bien, le rythme cardiaque est parfait. Tout va bien. Pour l’instant. Mais vous croyez pas que vous devriez lever pied? Hein Julien,  qu’elle devrait lever le pied ? Hein, Julien,  qu’elle en fait trop? Ouais, je sais, c’est moche. J’ai fait la con. Celle qu’a rien pané à l’histoire. Mais, il m’avait agacé quand il avait eu l’air agacé. Agacé d’être là,  encore. De l’inquiétude de Louise. De…. Alors, j’ai fait la con. Sans trop y croire. J’étais de mauvais poil et fatiguée. C’était ma 2e nuit d’afilée. La 4e de la semaine. Il y a des collègues arrêtées en ce moment. Il y a des fois…. Des fois où la gentille sage-femme,  ben, elle est juste humaine. Et l’enchaînement des gardes, des consultations…..
Et puis, j’ai vu Julien. Son regard. C’est comme s’il voyait Louise, Louise enceinte, Louise qui portait leur bébé. Pour la 1ère fois. Et moi, moi fatiguée, moi ronchon, moi énervée de cette consultation pour “rien”. Je me suis dit que j’avais peut être servi à  quelque chose. Ouais, allez, je sais, c’est hyper cucul la praline,  et l’eau de rose, toussa.
Bon, mais voilà quoi.
Après, on a discuté. Un peu rapide, parce qu’il y avait du boulot. Et que j’allais bientôt être appelée vers d’autres horizons. Mais bon. Je crois que j’ai fait mon job. J’ai rassuré ces futurs parents.  Et je me suis rassurée,  moi. Je me dis que ce serait bien de passer un coup de fil à la sage-femme qui la suit… Demain si…
Bon, Louise prenez soin de vous. Peut-être à plus tard… Ah,  excusez-moi,  je dois y aller,  j’ai une patiente qui m’appelle. Et le téléphone qui sonne… Et…

A l’occasion du 5 mai, journée internationale de la sage-femme, les blogueurs sages-femmes vous invitent à voyager de billet en billet pour découvrir l’histoire de Louise.

l’histoire commence ici

et la suite est ici

et si vous n’avez rien vu entre le début et la fin, voici le reste:

Episode 1 Avant propos
Episode 2
Episode 3
Episode 4
Episode 5

Continue reading

Advertisements