Fais-moi une place

Pas sûre que Julien quand il chantait ça pensait à sa fille.  Moi non plus quand je l’entendais. Je la trouvais même plutôt cucul cette chanson.  Et puis, l’autre soir à la radio, je me suis dit, c’est ça. C’est exactement ça que je voudrais dire à ma petite fille. Fais-moi une place.
“Fais-moi une place au fond d’ton coeur, pour que j’t’embrasse lorsque tu pleures. Je deviendrais tout fou, tout clown, gentil pour qu’tu souries”
Une petite place, même si je suis pas parfaite. Même si parfois tu préfères ton papa.
Ça fait si mal. D’être transparente à tes yeux. De ne pas pouvoir te lever le matin. Te coucher. T’attacher dans la voiture.
Ton papa, il est juste super (cf ici) Chuis d’ac avec toi, je l’ai choisi, il y a quelques années de cela. Je l’ai même épousé. Bon. Mais ta maman, moi, chuis pas si pire, non? Chuis si pire? Tellement pire que pire, que je puisse pas te donner un bout de pain, sans hurlements et crise de larmes?
Y en a qui vont vouloir me causer d’oedipe. Que c’est partout pareil. Aaaah, les p’tites filles et leur papa. Ouais. Bon. Une fois qu’on a dit ça, qu’est-ce qu’on fait? C’est bien beau mais ça soulage pas. On a une explication. Soit. Mettons de côté le fait que j’en sois pas hyper convaincue. Ça résout rien.
“Fais-moi une place dans ton av’nir, pour que je ressasse moins mes souvenirs. Je serais jamais éteint, hautain, lointain, pour qu’tu sois bien”
Je te promets ma princesse, je bosse. J’essaye d’être une maman à la hauteur de la petite fille que la vie m’a donné. Des fois, j’y arrive. Quand tu déclares de ton ton péremptoire, non, c’est maman qui lit. Je m’dis. Ça y est. J’existe.
Des fois, j’y arrive pas. On peut passer une journée entière à se battre pour que j’ai le droit, juste de t’asseoir sur les chiottes. Et je me sens la dernière des mères.
“J’veux qu’t’aies jamais mal, qu’t’aies jamais froid et tout m’est égal, tout à part toi. Je t’aime”
T’imagines pas, mon p’tit Lu. A quel point, ma crevette. A quel point, j’aurais aimé te l’écrire cette putain de chanson, qui veut pas sortir de ma caboche.
Alors, mon coeur, puisqu’une autre la écrite avant moi, je vais te la chanter. Tant pis si c’est faux. Tant pis si c’est con. Tant pis pour la météo.
Au moins, je te dirais mes sentiments.
“Une petite place ici, maintenant, car le temps passe à pas de géant. Je me ferai tout neuf, tout beau, tout ça… Pour être à toi”

Advertisements

2 thoughts on “Fais-moi une place

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s