Lettre à une jeune accouchée

T’es là et tu pleures. Ton bébé a une semaine, 1 mois. T’es là et tu pleures. Tu te demandes ce qui vous a pris, quand vous vous êtes dit “et si on faisait un p’tit?”. Ça sonnait comme un pari. T’es là et tu pleures.
T’as accouché sans trop de difficultés. Ou quelques unes. Ou c’était horrible. C’est du passé. Ça y est, tu l’as ton p’tit. Il est beau, il est rose. Tout le monde te le dit. C’est son père craché. Cette faculté qu’ont les premiers-nés à ressembler à leur père. Sans doute pour les rassurer.
Le plus beau jour de ta vie. .. oui. Et puis non. Tu pourrais crever pour ce gosse.  Depuis qu’il est là,  tu es devenue une louve. Qu’on touche à un de ces cheveux et tu te sens prête à tuer. Vraiment. 
En même temps, tu serais bien ailleurs. Au boulot,  tiens.  Etre utile à quelque chose d’autre, parler à des adultes. D’autre chose que de lui. Instinct maternel de mes ovaires! D’où t’as vu que procréer nous donnait la science infuse de la maternité? T’en sais rien pourquoi il pleure!  Et pourquoi il pleure plus? Oui tu t’es transformée en animal. T’as un instinct de protection de fou. Mais c’est tout. Et ça t’éclaire pas sur le mode d’emploi!
T’as choisi de l’allaiter.  Mouais. “Choisi”. T’as l’impression que tu l’affame en t’entêtant. Pourquoi il dort pas sinon? Mais si tu lui donnais une goutte de ce breuvage qu’on appelle lait artificiel,  t’aurais l’impression de l’empoisonner. Il est où le choix, là?  Choisir,  c’est rationaliser.  La raison,  c’est le truc que t’as perdu avec le placenta.
T’es tellement occupée à te demander s’il va pas se lyophiliser devant tes yeux que tu vois pas qu’il t’a souri. Et ça,  c’est culpabilisant.  Une fois de plus. Une fois de trop. Alors tu pleures. Alors, tu culpabilise de pleurer.  Parce que y a des trucs plus graves. Y a la faim dans le monde,  le cancer, toussa.  Alors avoir juste un beau  bébé… Il faudrait voir à être raisonnable,  Madame,  ma fille,  ma chérie.

Avant t’étais une fille rationnelle, maintenant t’es une maman. 
T’es une maman.  En vrai,  ma belle,  ça veut dire que t’es une guerrière.  Tu le vois pas là.  Mais tous ces doutes, toutes ces questions,  cette culpabilité. .. c’est pas n’importe qui qui peut les vivre. Et toi, tu gères.  Parfois en pleurant, parfois sereinement.  Finalement,  quand on y pense, tu pleures pas tant que ça. Et puis de toute façon, même en pleurant, tu continues. Pose toi 2 min. Je te promets qu’il va pas mourir dans ces 2 min que tu vas prendre. Regarde toi avec ce petit.  C’est pas juste incroyable ce que tu fais pour lui? T’aurais pensé un jour dormir 2h en 48h et être encore disponible pour quelqu’un d’autre? C’est pas juste hallucinant tout ce que tu lui donnes? Et sans rien attendre, en plus! Parce que, quand on y pense, jusqu’à maintenant,  t’avais que ta tronche à t’occuper.  Et puis du jour au lendemain,  t’es responsable à temps plein  et en co-chef (voire en chef pour les plus téméraires), d’un autre être humain. Alors, moi, je suis pas si sûre qu’il y ait des trucs plus graves. Parce qu’il en va de la survie de l’espèce. En tout cas de sa survie a lui. Et de la tienne. Je force le trait? Peut-être. Ou pas.
Alors écoute-moi. Lève la tête, plante tes yeux pleins de larmes dans les siens et regarde le. Tiens, il sourit. Tout ce que tu as déjà fait pour lui, tout ce que tu vas faire, c’est énorme. Pleure ma belle,  mais sois fière.  Parce que personne au monde ne pourrait s’ occuper mieux de ce petit. De ton petit.     

Advertisements

37 thoughts on “Lettre à une jeune accouchée

  1. putain t’es con , tu m’as fait pleurer !!!
    c’est tellement vrai …même 12 et 7 ans après…
    dis …quand est-ce que ça s’arrête ???
    …..jamais j’espère 🙂

  2. Et quand il vient de naître, et qu’il ne sourit pas encore, et qu’il faudra des semaines avant d’le voir ce bout de sourire ? Et quand ton grand de deux ans “et demi, maman” te fait tellement tourner en bourrique que tes nerfs sont à ça de lâcher et que tu te demandes s’il te déteste pas pour te faire subir ça ; et quand toi tu te confrontes à tes limites d’humaine, que ton aîné subit tes prises de tête, tes doutes, tes exérimentations foireuses parce que tu ne sais pas et que tu tâtonnes et que ta ptite môme toute neuve, t’ose même pas lui parler doux de peur que ton grand soit malheureux que ce soit si facile avec elle ; et que tu n’en peux plus de te dire que t’es une mauvaise maman pour eux, et que peut-être, d’autres s’en occuperaient mieux, elle est où la fierté, là ?

    • Oh Augustine, que je me reconnais dans votre message;-)))) le petit à 4 mois, il dort très très très peu, et la grande à 2 ans et demi et me rend complètement dingue. J’espère ne choquer personne en disant que quasi tous les matins pour l’instant, je comprends qu’à un moment donné, des gens craquent, et frappent. Bien que je ne l’excuse pas, mais je comprends que cela puisse arriver, sans pour autant le cautionner. Je me demande ce que j’ai bien pu faire pour mériter cela, moi qui suis dévouée à 400%, qui suis pour la plupart du temps seule avec les 2, à devoir tout gérer à la maison en plus… J’ai dû être très mauvaise dans une bien antérieure;-)))). J’espère qu’elle va vite se calmer pcq je n’en peux plus, j’ai peur qu’un jour, mes nerfs me lâchent…

      • Pour vous deux, donnez-leur autant d’amour que c’est possible, après chaque fois ou vous vous fâchez ou qu’ils sont punis dites-leur que vous les aimez plus que tout, couvrez-les de becs même si ils ne le mérites pas et même si vous ne le méritez pas. Dites-leur que vous savez qu’ils vont réussir! Ça a marché ici, je sais de quoi je parle, j’ai eu plusieurs moments difficiles a travers mon aventure avec mes 5 enfants 😉
        Rappelez-vous que c ce que Jésus a fait pour nous 🙂

      • Idem pour moi, sauf que j’ai le recul 😉
        Elles ont maintenant 5 ans et … 2 ans et demi ! Et voilà que la ptite se met à faire comme la grande au même âge… Purée de 2 ans et demi !!!
        Heureusement, ça passe et avec le numéro 2, on n’est bcp, mais alors bcp plus cool. Du oup, les crises sont moins violentes (ou ça n’a pas de rapport . J’en sais rien).
        Bref, si vous pouvez partir un peu en laissant les ptits aux grands-parents, c’est LE moment ! C’est ce qui m’a sauvé perso. Je n’en pouvais plus… Entre les crises de nerfs (ou je ne sais pas comment appeler ça mais je crois que vous voyez de quoi je parle) de la grande et la ptite qui ne dormait (presque) jamais, seule à la maison la plupart du temps…
        C’est juste INGERABLE les filles !
        Dites-vous juste que ce que vous vivez est réellement super dur, pour de vrai !
        Courage, ça passe, c’est promis 😉

  3. Très jolie histoire !!!!!!! pour la maman ,aussi pour les papa ça change la vie l’arrivée d’un enfant,mais si ton enfant te donne un regard comme pour te dire … Merci pour t’occuper de moi … La ont oublie tout !!

  4. Quand sa ne se passe pas comme prévue et que bébé est malade.Tu ne pleur pas! Tu n’as pas le temps de pleurer.Tu te bats! Chaque jours est un combat ! Quand le docteur te dit pleur un peu sa va te faire du bien , laisse coulé tes larmes. Toi tu n’y arrive pas, tu es comme figé , engourdie par tous ses sentiments contradictoires; la colere (pourquoi m’a t’on envoyer cette épreuve?), la culpabilité ( j’aurais peu-être pas du prendre autant de marche enceinte ?manger ceci ou cela?) , une immense tristesse ( est ce que sa vous ai déjà arriver d’être tellement triste qu’on ne peu pleurer?)et une grande joie (D’avoir un petit soldat , un petit battant qui malgrés tout est encore en vie et sourit quand même). Tu n’as pas le droit de pleurer .Après tout ce n’est pas toi qui te bat contre la maladie ; C’est lui !Ce n’est pas toi qui endure les piqures , les crises , les intubations, les test, les docteurs qui te tapponnent. Je n’ai pas le droit de pleurer . Je vais le regarder sourires a tous les jours et je vais lui répondre par un sourire. Parce que je suis si fière d’être sa mère .

    • oui ça je le comprend je l’ai vécu il y’a 4 ans 1/2 maintenant et quand j’ai enfin réussi a pleurer ça ma fait du bien!

    • Je me reconnaît dans ton message j’ai vécu ça et m’en voulais tellement qu’il soit aussi souffrant. C’est tout à fait ça tu tinter dis de pleurer sur le coup mais dis toi que quand tu verra qu’il n’y a plus de danger pour lui ton corps à toi va s’effondrer et la faut se ressaisir vite pour lui toujours surtout !! Je le suis ressaisir à temps mais ce fut très très dur je suis allé voir une psychologue spécialisée qui m’a fait “oublie” tout ça (car non on n’oublie jamais en faut on le laisse juste dans un coin plus loin dan sa tête ) et je me suis guérie moi après. Courage

  5. Quand on donne naissance à un enfant on a toutes sorte d’idées préconçues sur ce que va être la maternité et l’amour qu’on aura pour cet enfant, le truc c’est que pour plusieurs ça vient pas tout naturellement!!! Et là, y a le mari qui te remet tout entre les mains prétextant que tu es la mère et que tu sais, toi, comment y faire parce que t’es donc meilleure pour ça!!!! Mais merde, on figure plus rapidement ce qui ne va pas pour la simple et excellente raison que nous passons en général beaucoup plus de temps avec nos tits choux que les papas!!!! Et disons le, c’est vrai que les premier mois de vie s’apparente beaucoup à de l’esclavage!!!! On réalise aussi en ayant des enfants qu’on a le temps de faire un tat de chose entre le moment où on se lève et celui où on quitte la maison pour aller porter le plus vieux à la garderie!!!! On apprend également que si on va pas faire pipi tout de suite en se levant, c’est foutu, on doit se retenir jusqu’au retour de la garderie!!!! Pendant l’heure ou cher mari mange son bol de céréale, on peut, nourrir le chien, sortir le chien, lever aîné, changer la couche d’aîné (puisqu’elle a décidé que 2 ans et demi n’était pas un âge idéal pour être propre!), habiller la dite aîné, l’installer dans sa chaise avec son déjeuner ainsi qu’un caillou parce que oui, caillou peut nous permettre de faire plein d’autre chose sans se faire casser les oreilles et donc, par le fait même, on s’achète une paix mentale!!! Ensuite re-monter, lever bébé, changer couche, habiller, donner médicament parce qu’elle est pleine de reflux cette pauvre, donner biberon, essayer de lui parler gaiement et de la câliner sans qu’aîné ne s’en rende trop compte (afin de ne pas créer un sentiment de jalousie qui pourrait devenir une autre chose à gérer et on en a bien assez…. d’ailleurs, depuis jour un avec nouveau bébé, éviter de créer de la jalousie est devenu une préoccupation quotidienne et l’objet de nombreuses recherches sur google!!!!). Puis on part, habille tout le monde, embarque la tribu dans l’auto sous le regard découragé du chien et hop à la garderie… oups, j’ai toujours mon pyjama… croyez vous que l’éducatrice remarquera que j’ai un bas de pyjama rose? Bof qu’est-ce qu’on en a à faire de toute manière, la fièrté part également avec le placenta!!!!! Tout ça, pendant que cher mari, mange toujours ses céréales et regarde son facebook sur son appareil intelligent!!!! aie-je eu le temps de faire autre chose? Non, alors comment avoir d’autres sujets de conversation à part ceux qui sont directement reliés aux enfants/bébés!? Mais c’est tellement merveilleux de prendre son bébé et de voir son magnifique sourire de gencive un peu baveux!!!! Ou encore de préparer le souper et d’avoir son aîné qui nous accroche d’un super câlin en nous disant “te t’aine maman”!!!! Ça en vaut les larmes et les frustrations et pour toutes celles qui ont leur premier bébé, ça passe!!!! Il y a une lumière au bout du tunnel, ne vous inquietez pas, vous avez sûrement l’impression pour le moment que votre vie sera à tout jamais constitué de nuits blanches et d’épaules qui sentent le lait caillé, mais non, je vous assure, dans quelques temps vous ne vous demanderez plus pourquoi aie-je fait une enfant déjà?!!!! Et même, vous trouverai du temps dans votre horaire pour avoir une vie avec votre partenaire et ce sera plaisant!!!!! Lâchez pas les mamans!!!!

  6. magnifique, je me reconnais tellement là dedans… oui je pleure, mais je sais que nous pleurons toutes… ❤

    une jeune maman et son bébé de 7 mois.

  7. “La raison,c’est le truc que t’as perdu avec le placenta.”J’adore!!!
    Merci,merci et merci!Mon filou de fiston a 3 ans aujourd’hui,et j’aurais tellement aimé que l’on me parle comme tu le fais,à sa naissance…
    Des bisous rien que pour toi!

  8. Bravo réussir à écrire tout ce que nous pensons !!! c’est vrai que la découverte de la maternité n’est pas facile et hélas tout devient des automatismes !! (certains appellent ça des rituels ) certaines admettent qu’après avoir vécu 1 ou 2 grossesses ou plus on peux comprendre certaines qui lâchent prise et j’en fait parti ! depuis le jour où j’ai déposé ma grande à la garderie, repris ma voiture pour aller au travail et au 2ème rond point entendre un “areu” et se rendre compte que j’avais oublié de déposer le petit dernier (6 mois) à la crêche !!!!
    Donc les filles il faut faire ce que l’on peux garder le sourire car de toute manière nous faisons de notre mieux ce ne sera pas toujours la bonne manière mais ce sera la notre donc …. aimons nos enfants c’est ce dont ils ont le plus besoin ! et oui essayez de prendre du temps pour soi (chose que je n’arrive pas toujours à faire)
    Une maman d’une fille de 6 ans et demi et d’un petit garçon de 21 mois !

  9. J’ai les larmes aux yeux … enceinte de 3 mois de mon premier bébé, j’ai peur parfois de ce qui m’attend (même si ce bébé je le désire depuis 10 ans).
    Je reviendrai lire ton billet d’ici quelques mois, si je doute de moi
    Merci …

  10. Sabine, tu as mis au monde notre petite Constance le 10 janvier dernier et tu m’as prévenu dés son arrivée en voyant mes sentiments un peu perdus alors que je la tenais tout juste dans mes bras pour la première fois “l’instinct maternel moi je l’ai eu qu’à ses 2-3mois! Donc pas d’inquietude!”… Tu m’as noté ton blog sur un bout de papier que je ressort aujourd’hui et que ça fait du bien de se dire qu’on est pas seule à avoir toutes ces culpabilités, ces pleurs, ces angoisses! Merci … :):)

  11. et moi qui n’avait pas pleuré depuis au moins hier…et bah voilà je pleure!
    Merci, ça me touche tout là bas dans mon petit coeur. Il faudrait que je le fasse lire à mon homme, il comprendrai peut être pourquoi je pleure quand mon bébé sourit et comment je fais “pour avoir tant de patience” (paroles de l’homme) avec baby girl qui pleure depuis 3h du mat.
    Simplement parce que je l’aime à un point que je pourrai m’en arracher le coeur pour le lui donner.
    Merci pour ce bel article!

  12. Pingback: « Avant t’étais une fille rationnelle, maintenant tu es une maman » – Petit Pingouin & Cie

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s